Le guide de votre bien-être à domicile

Fièvre et thermomètre

Qu’est que la fièvre ?

fièvre

© Alex Raths - iStockphoto

La fièvre ou l’élévation de la température du corps est une réaction de défense de l’organisme face à un agent infectieux, viral ou bactérien.
  1. Comment définir la thermorégulation ?
  2. Les causes de la fièvre
  3. Le rôle de la fièvre

On parle de fièvre lorsque la température du corps mesurée grâce à un thermomètre digital ou auriculaire se situe au-dessus de la plage moyenne qui pour la plupart des individus s’élève à 37,0 °. C’est l’un des premiers mécanismes de défense de l’organisme face à une infection à côté des autres réactions inflammatoires.

La fièvre est un symptôme se révélant par une augmentation de la température centrale du corps : elle peut atteindre jusqu’à 40 à 41 ° selon la gravité de l’infection et peut durer plusieurs jours. Elle est souvent associée à d’autres symptômes comme le mal de gorge, le nez qui coule, le mal de tête, les pleurs chez l’enfant ou les courbatures chez l’adulte.

Comment définir la thermorégulation ?

Pour reconnaitre un état fiévreux, il faut prendre en compte la plage de température normale qui peut varier légèrement selon l’individu, son métabolisme, son sexe ou sa taille, son activité musculaire et son environnement ambiant. On peut parler de fièvre lorsque la température prise avec un thermomètre digital dépasse 38 ° par voie rectale (rectum), 37,8 ° par vois buccale (bouche), 37,2 ° par voie axillaire (aisselles) ou 38 ° par voie tympanique (oreille) avec un thermomètre auriculaire.

En cas de fièvre et selon les personnes, plusieurs réactions peuvent se produire comme des frissons, une alternance de froid et de chaleur, une augmentation du débit respiratoire et cardiaque et une diminution de la transpiration. Ce sont les stimuli envoyés par la fièvre au cerveau qui déterminent ces manifestations corporelles.

Les causes de la fièvre

La fièvre peut être causée par de nombreuses infections bénignes ou plus sévères selon l’âge de la personne :

    les infections par des bactéries, virus, champignons ou parasites qui entrainent une réaction de défense de l’organisme (grippe, rhinopharyngites, angines, méningite, gastro-entérites, les affections liées à l’enfance… ), les maladies immunes, allergiques (agents allergènes), la prise de certains médicaments favorisant une réaction fiévreuse plus ou moins importante les pathologies cellulaires comme le cancer, les pathologies vasculaires et cardiaques… Une fièvre n’est qu’un symptôme ; une analyse médicale des signes d’accompagnement permet de reconnaitre la cause exacte et traiter la maladie en conséquence.

Le rôle de la fièvre

La prise de la température avec un thermomètre digital ou auriculaire révèle une fièvre faible si son résultat ne dépasse pas 38,5 ° chez l’adulte et 37,8 ° chez le nourrisson. Une température peu élevée favorise la guérison, car le processus de la fièvre active le système immunitaire. Si la fièvre est plus importante, elle peut provoquer des états convulsifs ou de déshydratations graves et doit être traitée rapidement.